LES CHOIX DE L'ÉCRITURE, DE LA COULEUR ET DU PAPIER.

165225880048644918xlT0DBpfc.jpg

LE PLUMIER

Le calligraphe est un créateur invétéré de formes. L’innovation, associée à la beauté des styles anciens, nourrit une recherche formelle et esthétique sur l’écriture. N’étant pas figée dans le passé, nous parlons désormais de calligraphie contemporaine.

 

VATICANO inspirée de la Cancellaresca apparue à la chancellerie papale au XVIème siècle.

salisbury 3.jpg

SALISBURY notre version de la Copperplate, anglaise classique en pleins et déliés.

HAMPTONS une variante de la Copperplate, plus ronde et ornementée.

BIARRITZ la ligne pure de la lettre capitale chère à la période Art Déco, avec quelques fantaisies ornementales.

NANTUCKET écriture très contemporaine, évoquant les mots tracés du bout des doigts dans le sable.

MONTAUK écriture vive qui reprend les grandes lignes de la Copperplate avec une main plus spontanée.

BAHIA un mix associant la capitale fine à une écriture toute en rondeur, jouant les contrastes en rompant le rythme..

Des commandes spéciales, avec des mises en pages particulières et des écritures personnalisées, peuvent être réalisées pour répondre au mieux à votre projet.

 

LE NUANCIER

RECHERCHER L'ACCORD PARFAIT DES COULEURS ET DES TEXTURES.

La calligraphie à la plume est souvent associée à l'encre de Chine noire, mais le champ des possibles est vaste. Encres de couleurs, aquarelle, gouache et encres à pigments métalliques peuvent être mélangées pour trouver la couleur exacte. Le choix des nuances se plie à votre imagination.

 

LES ENCRES fluides J. HERBIN, un nuancier élégant issu de la tradition de ce fabriquant français depuis 1670.

LA GOUACHE, appréciée pour son opacité et ses tons pastels, idéale sur les papiers foncés.

L'AQUARELLE, fluide et nuancée, utilisée au pinceau pour un rendu très spontané.

Les encres à PIGMENTS METALIQUES, obtenues par un procédé élaboré en studio. Elles nécessitent du temps pour obtenir à la plume un rendu proche de la dorure.

LE PAPIER

 

La plume n’aime pas les papiers avec une texture trop prononcée, elle s'accroche aux fibres ce qui peut altérer le rendu.

IL FAUT QUE LE PAPIER N'ABSORBE PAS TROP L'ENCRE POUR EVITER LES BAVURES TOUT EN L'ABSORBANT SUFFISAMMENT POUR UN SECHAGE UNIFORME.

Votre imprimeur ou votre créateur de papier seront de très bon conseil, voici quelques grandes constantes:

  • Le Bristol est très agréable car lisse et dans de nombreuses teintes, il faut vérifier sa qualité d’absorption de l’encre.
  • Le Vélin, plutôt lisse, tendre et épais, a un très beau rendu, il fait parfois gratter la plume.
  • Le Vergé porte la trace de la forme du tamis, il a donc des lignes horizontales et verticales qui peuvent entraver la plume. Là encore il s’agit d’une question de qualité.